Quel que soit son domaine d’application, l’inertie fait référence à une évolution. En effet elle ne se manifeste que lorsqu’un changement d’état intervient. Ce qui est le cas de l’inertie qui est présente dans la construction.

L’inertie, c’est quoi ?

L’inertie c’est la capacité d’un bâtiment à emmagasiner de l’énergie. Il faut savoir que, l’inertie est d’autant plus efficace que le matériau est lourd. En clair, plus votre maison est conçue avec des matériaux lourd plus l’inertie est importante.
Il existe deux inerties différentes indissociables car l’une est la continuité de l’autre.
L’inertie de transmission des parois extérieures se manifeste lors d’un changement de température extérieure survient. Elle à pour rôle de minimiser les effets de la température entre l’extérieur et l’intérieur et ainsi les amortir pour que sa baisse ou sa hausse ne se ressente pas, c’est la diffusion.
Le rôle de l’inertie d’absorption se comporte d’une toute autre manière. Elle nécessite également un changement de température se produisant à l’intérieur de la maison et non à l’extérieur. En outre, si l’inertie de transmission n’a pas totalement pu amortir la variation de température extérieure alors l’inertie d’absorption prend le relais en absorbant le surplus de chaleur ou en en libérant la chaleur accumulée quand l’occasion se présente. Ces deux inerties sont complémentaires.

Pourquoi l’inertie c’est bien ?

L’inertie dans une maison est importante si le confort de l’habitant est primordial. En effet, l’inertie c’est avant tout le confort dans une maison dont les variations de températures sont amorties et lissées.
En été, la surchauffe estivale est vite arrivée. Cependant grâce à une bonne inertie, la chaleur apportée à la maison en gains solaires sera absorbée par les murs. Ils agissent comme une éponge afin de valoriser la chaleur accumulée par la suite et de ne pas l’utiliser inutilement. La nuit, dés que la température baisse, la chaleur emmagasinée pendant la journée est libérée pour stabiliser une température agréable. Ceci doit, tout de même, être liée à une ventilation nocturne. Cela évite considérablement les surchauffes pendant l’été.
Ce qui est pour l’été est tout à fait valable pour l’hiver. Le soleil d’hiver, aussi, apporte des rayonnements solaires dans la maison et donc de la chaleur. L’inertie de transmission favorise la chaleur des rayonnements d’entrer dans le bâtiment et l’inertie d’absorption accumule dans les murs la chaleur pour la libérer dés qu’il n’y a plus de soleil et que la température intérieure en nécessite.
Cependant, l’inertie ne peut en aucun cas se substituer à l’isolation mais peut en complément apporter une amélioration du confort en été comme en hiver. La meilleure solution en matière de mise en œuvre d’isolation s’impose tout naturellement. En effet, l’isolation thermique par l’extérieure est la meilleure solution pour disposer de l’énergie absorbée dans la maison.

Pourquoi n’est-elle pas indispensable aux maisons passives ?

Dans les maisons passives le confort est déjà beaucoup présent et il est même au cœur de la conception. La maison, dans son ensemble, est conçue afin d’obtenir une température intérieure constamment agréable. Sans inertie, cela n’aura que pour effet une augmentation relative sur le besoin en chauffage l’hiver, et une variation de température plus importante au cour d’une journée. On dit que le bâtiment est plus « nerveux ». En été, pour éviter la surchauffe, il sera indispensable de prévoir des occultations afin de ne pas chauffer la maison.
Pour une l’inertie forte, la maison doit être conçue avec des matériaux lourds. Or, construire une maison passive en ossature bois est tout à fait possible, bien que ce matériau soit léger. Il apparaît clairement que l’inertie n’est pas un paramètre indispensable à la conception d’une maison passive, même si elle apporte un confort supplémentaire.