Les réglementations thermiques, toute une histoire…

La RT2012 s’inscrit dans la continuité des réglementations thermiques qui on débutées 1974 faisant suite au choc pétrolier de 1973. Aujourd’hui, cette norme (remplaçant la RT2005 depuis le 1er janvier 2013), augmente le niveau d’exigence en terme de performance énergétique pour les bâtiments neufs. La consommation d’énergie primaire en chauffage doit être divisée par 3. Ce sont des bâtiments basse consommation (BBC).

RT2012 vs Passivhaus

Comparatif RT2012 passivhaus

La prochaine Réglementation thermique se dessine à l’horizon de 2020. Son objectif est de ramener la performance énergétique de tous les bâtiments construis après 2020 à un niveau « passif ». Concrètement, ils devront produire autant d’énergie et plus qu’ils en consomment. Ces bâtiments sont dits « à énergie positive » (BePOS). Cette réglementation thermique ajoute donc la production.

Elle se rapproche donc plus de la labellisation Passivhaus. Cependant, avant de penser à la production d’énergie, il faut d’abord se concentrer sur la sobriété énergétique. Ce que le concept de construction passive emploi en nécessitant un besoin en chauffage réduit à l’aide d’un bâti entièrement isolé, imperméable à l’air, avec une qualité d’air supérieure.
Il apparaît clairement que la maison passive est la voie incontournable à emprunter et se dessine comme la base indispensable de la RT 2020.

RT 2012, Label Passivhaus… quelles différences notables ??

Il est très difficile de comparer les valeurs de la RT 2012 et celles du Label Passivhaus. En effet, une étude thermique passive ne prend pas en compte les mêmes valeurs ou ne sont pas calculées selon les mêmes principes qu’une étude française. Cependant, voici les majeures différences :

• Nous pouvons remarquer, dans le tableau ci-dessous, que le calcul en consommations d’énergie primaire (Cep) ne prend pas en compte les mêmes usages. En effet, la RT2012 considère seulement 5 usages : chauffage, climatisation, ECS, éclairage et auxiliaires électrique de ventilation et pompes. De plus, la Cep≤50 kWhEP/m².an se calcul suivant la Surface Hors Œuvre Nette RT (SHONRT). Tandis que le Label Passivhaus, tient compte, lui, de tous les usages de la RT2012, mais comptabilise aussi les électroménagers et se rapporte non pas à une surface hors œuvre nette mais à la surface de référence énergétique (SRE). Ce qui précise d’avantage le calcul avec une Cep ≤ 120 kWh/m².an impliquant un besoin en chauffage utile ≤ 15 kWh/m².an.

• La RT2012 calcul ses besoins d’énergie afin d’atteindre la température de confort de 19°C. Alors qu’en passif, les besoins sont calculés pour parvenir à une température agréable de 20°C.

• Et enfin, la RT2012 exige, pour une maison individuelle, une étanchéité à l’aire Q4≤0.6 m3/h.m² en surface de déperdition sous une pression de 4 Pa. Tandis que le passif réalise son test sous une pression de 50 Pa (donc plus exigent) pour une valeur n50 ≤ 0.6 vol/h. En comparaison, le passif et environ 4 fois plus exigent que la RT 2012 et donc 4 fois plus performant !

Tableau récapitulatif RT 2012 Label Passivhaus
Surface de référence énergétique SHONRT SRE (≈SHAB=Surface HABitable)
Chauffage, ECS, VMC double flux, Eclairage et auxiliaire Cep ≤ 50 kWhEP/m².an (selon les régions) Cep ≤ 120 kWh/m².an
dont
Besoin de chauffage ≤ 15 kWh/m².an (énergie utile)
Electroménagers… Pas pris en compte
Température de référence 19°C 20°C
Etanchéité à l’air Maison individuelle : Q4≤0.6 m3/h.m²
Collectifs : Q4≤ 1 m3/h.m² n50 ≤ 0.6 vol/h
Confort estival séquence de 5 jours, Tic ≤ 26 °C Moins de 10% d’heure de surchauffe annuelle (≤25°C)

D’après ces différentes comparaisons, nous pouvons en conclure que le Label passif, malgré les différentes valeurs ou calcules pris en comptes, est nettement plus exigent que la RT 2012 ce qui améliore la qualité de vie mais aussi la façon de consommer.